#Paris : L'UNESCO et le CAMES scellent un partenariat pour améliorer la qualité de l'enseignement supérieur dans l'espace CAMES

Signé le mardi 08 mars 2016 à Paris, par le Secrétaire général du CAMES, le Pr. Bertrand MBTACHI et le Sous-directeur général pour l'Education de l'UNESCO, M. Qian TANG, cet accord de partenariat donne un nouveau souffle à la collaboration sous-régionale déjà existante, entre les deux institutions.

Crédits : © UNESCO/P. Chiang-Joo

L'objectif de ce partenariat est de contribuer à la qualité de l'enseignement supérieur dans l'espace CAMES, en particulier sur les questions pertinentes se rapportant à « l'assurance qualité », à la « professionnalisation des enseignants et des curricula », à « l'accueil des étudiants en stage et leur employabilité », aux « pratiques d'admission dans l'enseignement supérieur » et enfin à « l'assurance qualité et enseignement à distance et en ligne ». 

La cérémonie de signature de l'accord s'est déroulée sous la présidence du Vice-président en exercice du Conseil des Ministres du CAMES, le Pr. Filiga Michel SAWADOGO, par ailleurs Ministre de l'Enseignement supérieur, de Recherche scientifique et de l'Innovation du Burkina Faso - en présence des hautes personnalités de l'UNESCO, notamment le Directeur Général Adjoint du Secteur de l'Education, le Directeur Général Adjoint Afrique et le Directeur de la Division pour les politiques et les systèmes d'apprentissage tout au long de la vie - et du Secrétaire général du CAMES.  

 

La cérémonie a été également rehaussée par la présence des délégations permanentes de la région Afrique auprès de l'UNESCO, des pays membres du CAMES - le Burkina Faso, le Bénin, le Burundi, le Cameroun, la Centre Afrique, le Tchad, le Congo, la Côte d'Ivoire, la République Démocratique du Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, la Guinée, la Guinée Bissau, Madagascar, le Mali, le Rwanda, le Sénégal, le Togo. Aussi, compte-t-on la présence, sur invitation du Secrétariat général du CAMES, des organismes africains d'intégration sous-régionale - la Communauté Economique Monétaire d'Afrique Centrale (CEMAC), la Communauté Economique des Etats d'Afrique Centrale (CEEAC), l'Union Economique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) - et les organisations faîtières des secteurs publics et privés de l'enseignement supérieur - la Conférence des Recteurs des Universités Francophones d'Afrique et de l'Océan Indien (CRUFAOCI) et le Réseau International des Etablissements Privés de l'Espace CAMES (RIDEPES/CAMES), ainsi que la Société Africaine de Management (SAM), partenaire du CAMES.  

Sous le signe de la fécondité qu'inspire la Journée internationale de la Femme, la signature a été précédée des allocutions de bienvenue de M. David ATCHOARENA, Directeur de la Division pour les politiques et les systèmes d'apprentissage tout au long de la vie et de l'allocution du Pr. Bertrand MBATCHI, Secrétaire général du CAMES ; puis suivie des mots de circonstance de M. Qian Tang, Sous-directeur général pour l'Education de l'UNESCO, de M. Jean Eudes TEYA, Commissaire de la CEMAC, de SEM. Ahmad ALLAM-MI, Secrétaire général, CEEAC, de M. Seidou SISSOUMA, Commissaire, Département du Développement Humain de l'UEMOA et enfin de l'allocution de clôture du Pr. Filiga Michel SAWADOGO. 

Le Ministre Filiga Michel SAWADOGO a salué la dynamique de partenariat scellée entre le CAMES et l'UNESCO autour de la problématique de l'Assurance qualité, un des domaines prioritaires du Plan Stratégique de développement du CAMES (PSDC) horizon 2015-2019. 

Pour sa part, le Secrétaire général du CAMES après avoir exprimé ses vifs remerciements aux participants, a appelé les délégations et les représentants des organismes d'intégration sous-régionale à faire connaître le contenu de cet accord et à plaider en sa faveur, auprès de leurs Gouvernements respectifs ou de leurs différentes instances décisionnelles. 

Le Sous-directeur général pour l'Education de l'UNESCO, M. Qian Tang a souligné la pertinence de l'initiative, en la plaçant non seulement dans le contexte de l'agenda 2030 de l'UNESCO, mais également dans la continuité de la collaboration déjà existante entre les deux institutions.

Les représentants des organismes africains d'intégration sous-régionale se sont, quant à eux, réjouis d'être associés à la signature de ce partenariat historique, porteur d'espoir pour l'enseignement supérieur de l'espace CAMES. Ils ont exprimé leur soutien à l'initiative et réitéré leur disponibilité à accompagner le CAMES dans la concrétisation de son engagement et de son rôle d'organisme facilitateur.

 
 

#Paris : Le SG présente les grandes lignes de l'accord de partenariat avec l'UNESCO aux partenaires du CAMES

Le CAMES et l'UNESCO ont signé ce mardi 08 mars 2016 à Paris, un accord de partenariat visant à améliorer, à travers des projets communs, la qualité dans les différents secteurs de l'enseignement supérieur.

Peu avant la cérémonie officielle de signature de l'accord, le Secrétaire général du CAMES a tenu une séance d'information, sous la présidence du Vice-président en exercice du Conseil des Ministres du CAMES, le Pr. Filiga Michel SAWADOGO. L'objectif de cette réunion a été de présenter aux représentants des organismes africains d'intégration sous-régionale et aux organisations faîtières des secteurs publics et privés de l'enseignement supérieur - partenaires du CAMES - les grandes lignes de l'accord en vue d'échanger sur les attentes et la démarche à suivre, pour le rendre opérationnel. Le Secrétaire général du CAMES a ainsi indiqué que l'accord scellé avec l'UNESCO s'inscrit dans le cadre d'une coopération concertée, pour mener des projets communs, aux fins d'améliorer la qualité dans les secteurs de l'enseignement supérieur. Il a souligné qu'après plus d'une année de partage et de maturation, l'accord, consacre le rôle de facilitateur du CAMES entre les Etats, les organismes d'intégration sous-régionale, les universités publiques et privées et un partenaire à vocation mondiale que représente l'UNESCO, sur la problématique de l'Assurance qualité, un des domaines prioritaires, du Plan Stratégique de développement du CAMES (PSDC). Ainsi de façon concrète, l'accord permet-il particulièrement : 

-> Le renforcement des capacités, en matière d'assurance qualité externe visant à accompagner la création d'agences nationales d'assurance qualité, dans la région et /ou à renforcer les mécanismes d'assurance qualité externe.  

-> Le renforcement des capacités en matière d'assurance qualité interne au niveau institutionnel, avec pour finalité d'accompagner la mise en place des cellules internes d'assurance qualité.

-> La création d'un Réseau CAMES d'agences d'assurance qualité, en vue d'une meilleure coordination des actions. 

-> L'utilisation des référentiels FOAD du CAMES, à étendre à la région Afrique centrale, pour accroître la qualité de l'enseignement à distance et en ligne, tout en la démocratisant. 

-> L'établissement de l'état des lieux sur l'environnement d'accueil des étudiants en stage et leur employabilité par le renforcement du lien université-entreprise et la co-construction des curricula. 

-> La mise en place d'un système d'information régional axé sur la gestion de l'enseignement supérieur au CAMES et l'implémentation ou le renforcement de cet outil, dans les institutions d'enseignement supérieur et de recherche. 

-> La professionnalisation des enseignants dont l'étude permettrait d'établir l'état des lieux de l'exercice de la fonction et de l'examiner, sous le prisme de l'assurance qualité.

-> Les pratiques d'admission dans l'enseignement supérieur, en vue d'envisager des dynamiques d'amélioration, après un état des lieux préalable. 

Le SG du CAMES a fait savoir aux participants que l'UNESCO dispose d'un fonds destiné à appuyer quelques pays membres du CAMES pour (i) l'accompagnement à la mise en place d'une agence nationale d'assurance qualité : Niger, Togo, Mali, Côte d'Ivoire et (ii) le renforcement de capacités, au niveau de l'agence nationale d'assurance qualité du Sénégal, la seule qui existe dans les pays membres du CAMES. Il a souligné que le déblocage de ces fonds obéit, pour les pays éligibles, à une démarche de manifestation d'intérêt exprimé par le pays, ou par un des organismes d'intégration sous-régionale, sur la base des TdR qui seront produits par l'UNESCO et le CAMES, en vue d'une présentation ultérieure des projets auprès du bailleur de fonds. Pour les autres pays, la manifestation d'intérêt se ferait sur la base des expériences pilotes préalablement validées par les pays éligibles. 

Le projet devant impérativement démarrer en 2016, le CAMES a proposé une ébauche de chronogramme d'activités aux participants. 

A l'issue de la présentation du Secrétaire général, le Vice-président en exercice du Conseil des Ministres, le Ministre Filiga Michel SAWADOGO, président de séance, a salué et encouragé l'initiative du Secrétaire Général, avant d'appeler les organismes d'intégration sous-régionale ainsi que les partenaires à s'approprier les termes de l'accord, pour répondre aux attentes de l'UNESCO, de notre institution panafricaine de référence et du bailleur.


News